#TouchePasAmonIEFTémoignage de Victoria

15 novembre 20200
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2020/10/8568B9A2-8275-4770-8ECA-183FE94E635C.png

Victoria fait l'instruction en famille et nous a donné copie de la lettre qu'elle a envoyé à son député. Un nouveau témoignage poignant pour Educ'France.

“Je me permets de vous écrire, malgré le contexte extrêmement pertubé d’un point de vue sanitaire mais également sécuritaire.Je souhaite attirer votre attention, par le biais d’un témoignage personnel, sur notre opinion concernant le projet de loi visant -entre autres- à la suppression de l’instruction en famille pour des enfants qui ne souffrent d’aucune pathologie. L’objet de cette loi n’est pas le sujet de ma lettre. Il me semble que cet encadrement strict de l’instruction en famille s’apparente à un cavalier législatif visant probablement à considérer que l’Education nationale est la seule voie possible de formation des citoyens, ce qui n’est pas le cas.

Je comprends qu’il est nécessaire d’extraire certains enfants d’un cadre sectaire lié ou non à une dérive religieuse. Cependant, les contrôles réguliers qui sont imposés aux familles me semblent devoir suffire à s’assurer que les enfants sont instruits en famille pour des raisons qui ne sont pas uniquement religieuses et que leur bien-être et le respect des valeurs républicaines sont assurés. Sinon, c’est que ces contrôles sont mal effectués.
Par ailleurs, ces contrôles ne sont pas imposés aux familles qui scolarisent leurs enfants. Les familles qui ont un enfant à l’école ne sont malheureusement pas immunisées contre les maltraitances infantiles, les sectes, les dérives religieuses en tout genre. Les enfants instruits en famille sont en fait bien plus encadrés que les enfants scolarisés. Bien sûr, il se peut que certaines personnes ne déclarent pas leurs enfants comme étant instruits en famille et échappent au contrôle. Sont-elles nombreuses ? Avez-vous des statistiques précises ? Et dans tous les cas, pensez-vous que le fait que la scolarisation soit obligatoire va dissuader ces personnes d’extraire leur enfant de tout système ? Pensez-vous vraiment que les enfants radicalisés seront mis dans l’école du quartier, mélangés aux autres enfants ? Ne seront-ils pas plutôt inscrits dans des écoles religieuses ? Pensez-vous vraiment que l’école de la République prémunit contre le fait de devenir sectaire ou de le rester ? J’ai fait beaucoup de recherches et je n’ai pas trouvé un seul terroriste ayant attaqué nos concitoyens qui avait été instruit en famille.

Il serait à mon avis utile de reconsidérer cet aspect de la loi pour coller au plus près de la réalité des enfants qui sont réellement sous emprise islamiste (ou autre), afin de les aider et de protéger notre pays. Cela devrait être un principe de bonne gouvernance que d’avoir le souci d’apprécier une situation à sa juste valeur afin de l’améliorer. Dans notre cas précis, ce n’est pas le fait d’interdire la liberté d’instruction qui apportera une réponse à ce fléau.

Néanmoins, accepter de voir que l’école pourrait gagner à regarder ses erreurs et ses errances serait un grand pas pour les enfants et pour l’avenir du pays, à tous les points de vue, pas seulement sécuritaire. Bien entendu, l’école est un service formidable avec beaucoup d’enseignants remarquables mais il serait temps de lui donner plus de moyens. Il y a beaucoup trop d’enfants par classe -il y en avait 30 dans la classe de maternelle de mon fils-, trop de violences éducatives ordinaires, trop de compétition inutile et inefficace -il suffit de voir le niveau des écoliers…-, trop de pressions sur des élèves qui perdent le goût d’apprendre et, bien sûr, pas assez de surveillance des élèves. Des actes ignobles se passent dans des écoles avec la problématique du harcèlement scolaire. Les enfants et les jeunes ont besoin d’un vrai encadrement. Mettre son enfant à l’école ne devrait pas être une inquiétude sur sa sécurité et son bien-être mental et physique.

L’instruction en famille doit rester un droit, un choix de vie respectable, avec un nécessaire contrôle, en effet. J’insiste sur ces contrôles qui sont particulièrement intrusifs, pour le bien de l’enfant certes, et que, personnellement, j’accepte sans difficulté. Aussi bien au niveau du bien-être de l’enfant que de son instruction, les inspecteurs ne permettent pas de failles. Or, les professeurs ne sont absolument pas tenus, eux, de présenter des comptes en matière de résultats, comme les familles qui instruisent leurs enfants.
Le fait que l’on puisse poursuivre l’instruction en famille si l’enfant a un handicap ou une pathologie me semble d’une ironie mordante, tant scolariser ces enfants est une gageure. Cela donne (la mauvaise) impression que l’Education nationale est trop contente de s’en débarrasser. Par contre, faire le beau choix (ou ne pas avoir le choix pour le bien-être de l’enfant, temporairement ou non) de l’instruire par soi-même, même en maternelle nous sera probablement dénié. La plupart des familles qui font le choix de l’instruction en famille sont à mon sens déterminées à faire le mieux pour leur enfant, qui ne viendra pas grossir les rangs de classes déjà surchargées. 

Rendre l’école obligatoire à trois ans est un non sens. Si une famille a la possibilité de garder son enfant pendant les années de maternelle et que l’enfant n’est pas demandeur pour aller à l’école, c’est aussi très bien pour l’enfant, voire bien mieux dans certains cas. La socialisation peut se faire autrement, l’acquisition du langage peut se faire autrement, grandir peut se faire harmonieusement aussi en dehors de l’école, surtout à de jeunes âges où l’enfant -presque le bébé- a encore besoin de beaucoup de sécurité affective et de soins. Le nom même de l’école maternelle incite à penser qu’elle permet de “remplacer” une éducation familiale, rendue impossible par le travail des deux parents (ce qui est une très bonne chose également, chacun ses choix et ses possibilités matérielles ou autres). Il y a d’ailleurs des professionnels de la petite enfance qui déplorent cette arrivée trop précoce en grande collectivité. Dois-je vous rappeler que les enfants de maternelle ne sont pas assistés aux toilettes, comme nous avons pu le constater par nous mêmes, et par le biais de témoignages d’autres parents. Peut-on considérer cela comme normal ? Il y a de nombreux pays pour qui la scolarisation obligatoire ne commence pas avant l’âge de six ans, c’est une très juste décision.

Je ne suis pas contre l’école, je suis pour la liberté de choix. Il existe d’ailleurs des professeurs des écoles qui instruisent leurs enfants en famille. Il y a autant de cas que d’enfants. En ce qui me concerne, j’ai un enfant qui va prochainement passer des tests car il est probablement doté d’un haut potentiel intellectuel. L’école n’a pas su ou n’a pas pu pour le moment répondre à ses attentes, quels que soient les résultats de ces tests : l’instruction en famille n’a pas été un choix sectaire, contre l’école et ses valeurs. Mon enfant est heureux, épanoui, curieux de tout, cultivé, empathique. Il apprend plein de choses, observe la nature, fait des activités avec d’autres enfants et d’autres adultes, fait de la cuisine, du jardinage, apprend la tolérance, les règles de vie en société, le respect de l’autre dans ses différences et les gestes de protection de la planète, il est passionné par les livres, il peint, dessine, crée, bricole, chante, danse…

J’espère que ce modeste témoignage pourra vous faire réfléchir. Nous qui aimons la France et ses valeurs, nous sommes profondément blessés de cette restriction de liberté qui ne grandit personne.”

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués : *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services