L'école inclusiveRetour des enfants autistes à l’école : mauvais départ en Normandie

18 mai 20200
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2020/05/pexels-photo-573271.jpg

L'école inclusive à l'heure de l'après-crise réserve parfois de bien mauvaises surprises.

“Une circulaire de l’académie de Normandie a semé le trouble chez les parents d’enfants autistes. Pour la rectrice, il s’agit d’une erreur regrettable de ses services.

Les capacités d’application des gestes barrières doivent être évaluées. Une attention très particulière doit y être apportée. Un élève qui ne serait pas en mesure d’appliquer les gestes barrières malgré l’aide apportée ne pourra pas être accueilli.

Ce paragraphe figure dans une fiche de recommandations du rectorat de Normandie transmise dans les écoles pour le retour des élèves en situation de handicap. Une formulation qui a indigné des parents.

La dernière phrase indiquerait que la maîtrise des gestes barrières est un prérequis à l’accès à l’école,s’inquiète l’association Autisme Basse-Normandie, dans un courrier à Christine Gavini-Chevet, rectrice de Normandie. Pour l’association, ces recommandations de l’académie sont en complète contradiction avec les textes ministériels ».

Autisme Basse-Normandie cite Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées :Les enfants qui ne respectent pas les gestes barrières ne seront pas refusés à l’école. Ils apprendront ces gestes avec les professionnels de l’école, en dialogue avec les familles.

La rectrice choquée

Interrogée sur cette fiche normande, la rectrice Christine Gavini-Chevet exprime sa colère : Je suis très choquée par cette formulation dans ce document interne. Il s’agit d’une erreur regrettable. Cela ne traduit pas du tout notre politique d’inclusion en Normandie. Nous veillons à très bien accueillir tous les enfants handicapés. Certes, les situations sont parfois compliquées dans un contexte totalement inédit, mais des organisations doivent se mettre en place.

La rectrice compte sur la capacité d’innovation des enseignants pour l’accueil des élèves en situation de handicap. En Normandie, nous voulons être exemplaires ».

« Un risque majeur de régression »

Un discours dont les effets ne se font pas forcément ressentir sur le terrain. Dans le Calvados, une maman d’un enfant autiste de 6 ans a essuyé un refus en début de semaine dernière. Nous avons été reçus notamment par un médecin et une psychologue scolaires qui n’avaient jamais vu notre fils, s’indigne-t-elle.Ils ont décrété que le retour à l’école était impossible. Pourtant, pour le pédopsychiatre qui suit notre fils depuis trois ans au Centre ressources autisme, ne pas retourner à l’école pourrait entraîner un risque de perte de chance pour son développement et un risque majeur de régression bien plus grave que le risque de contamination et d’infection virale.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués : *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services