Apprivoiser les écrans ?«Pour une éducation augmentée». La chronique de David Lacombled (L’Opinion)

18 novembre 20200
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2020/11/landscape-5255326_1920-1280x853.jpeg

Une tribune du président de la Villa Numéris pour penser l'école autrement, avec le numérique et l'intelligence artificielle. Quelle que soit la position qu'on adopte sur ces sujets, force est de reconnaître qu'on ne peut pas en faire l'économie pour penser l'école d'après.

“« Acquise pendant le confinement, la continuité pédagogique ouvre la voie à de nouveaux enseignements et à de nouvelles manières de les dispenser en veillant à l’égalité d’accès aux outils et aux connaissances des élèves et des professeurs ​»

Le mammouth a tenu bon. L’effondrement tant redouté de l’Education nationale n’a pas eu lieu. Le confinement soudain du printemps 2020 et l’enseignement à distance généralisé avaient valeur de crash test. L’essai a été transformé. Fallait-il encore en tirer les leçons. C’est ce à quoi s’attaque la Fondation IA pour l’Ecole en publiant un Livre blanc sur le numérique éducatif pendant le confinement riche et documenté.

Fléxi-école. Alors qu’il était courant de pointer les lacunes du système éducatif et de déplorer une stagnation en milieu de tableau dans le Programme international pour le suivi des acquis des élèves, le fameux classement PISA, l’école a su s’adapter en un temps record à des conditions sanitaires inédites. C’est que globalement, comme toutes les organisations qui ont fait face, les esprits, les pratiques et les outils étaient prêts.

Le lien vital a été maintenu entre l’élève et le professeur. Le rôle de ce dernier s’en est même trouvé revalorisé. Parfois livré à lui-même, ou pour le moins à ses propres élèves, il a su non seulement s’adapter et mais aussi ajuster son enseignement. Les parents ont pu au passage mesurer le rôle déterminant et indispensable des enseignants en devant parfois les suppléer.

Les parents ont pu mesurer le rôle déterminant et indispensable des enseignants en devant parfois les suppléer

Alors qu’en 2018, seul un enseignant de collège sur deux se disait capable de soutenir l’apprentissage des élèves grâce à l’utilisation de technologies digitales, contre deux sur trois en moyenne dans l’OCDE, selon l’enquête Talis, la grande majorité du corps enseignant a basculé dans le monde numérique. Ainsi, la plateforme « Ma Classe à la Maison » développée par le Centre national d’enseignement à distance (CNED) a été utilisée chaque jour par trois millions d’élèves, sur un total de douze, dès la mi-mars.

Couteau suisse numérique. S’agissant des outils, beaucoup de professeurs ont jonglé avec ceux que le marché propose et ceux que leurs élèves utilisent, étendant ainsi les frontières du royaume de la débrouillardise qui est aussi le propre d’une révolution digitale. Ainsi des cours se sont-ils transmis via des plateformes vidéo comme YouTube, d’échanges comme Facebook ou de visioconférences comme Teams ou Zoom. A cette aune, professeurs et élèves sont devenus des télétravailleurs comme les autres.

Nécessité fait loi. Finalement, il s’agit aussi pour les élèves d’une formation accélérée à des méthodes et à des outils qui jalonneront pour la plupart d’entre eux leur vie scolaire puis professionnelle à venir.

Le virtuel est de plus en plus réel. Et la salle virtuelle s’impose comme une annexe de la salle de classe. L’épée de Damoclès sanitaire impose un enseignement hybride. La perspective de désengorger des classes surchargées pourrait faire le reste.

Le numérique peut être une occasion de penser autrement ne serait-ce que parce qu’il sort les élèves de sentiers battus et balisés. Dans son essai Tous centaures ! Eloge de l’hybridation(Editions Le Pommier/Humensis, 2020), la philosophe Gabrielle Halpern montre à quel point « nos habitudes sont comme des doudous et, celle de l’homogénéité, celle de la cohérence sont des doudous auxquelles nous sommes particulièrement attachés » à tel point, regrette-t-elle, que « nous sommes poussés vers ce qui nous ressemble, ce que nous connaissons déjà, ce qui relève du connu ». En cela, l’océan digital n’a pas de frontières. Il permet d’aller au-delà de ses zones de confort. La réalité est « multidimensionnelle et équivoque », pour reprendre les mots de la philosophe.

Le numérique peut être une occasion de penser autrement parce qu’il sort les élèves de sentiers balisés

Dans le livre blanc de la Fondation IA pour l’Ecole, le psychiatre et psychanalyste Serge Tisseron défend la « complémentarité des apports du numérique avec l’éducation traditionnelle qui valorise notamment l’apprentissage par cœur ». C’est pour lui un « métissage qui mobilise des formes d’attention, de mémoire et d’apprentissages complémentaires » qu’il faut encourager.

Laissés pour compte. Faut-il encore veiller à ce chacun puisse accéder à cet environnement numérique. L’ambition républicaine est de permettre un accès libre et égal de ses citoyens aux connaissances et aux savoirs au point d’en faire un ministère régalien et un enseignement sacré. « Un peu plus de 500 000 élèves n’avaient pas accès à un ordinateur chez eux », selon la Direction du Numérique pour l’Education pendant la période du confinement. C’est sans compter ceux qui devaient partager leurs équipements ou qui disposaient d’une connexion de mauvaise qualité. C’est là aussi un défi majeur et supplémentaire pour les pouvoir publics de soutenir les familles et de veiller à résorber les disparités d’accès aux réseaux. Au risque sans cela, d’amplifier des disparités déjà existantes.

Par ailleurs, pour Serge Tisseron, « la question centrale, c’est l’accompagnement des enseignants à la transformation de leur métier dans des conditions d’exercices inédites qui voient les outils numériques prendre une importance gigantesque ». La sénatrice Catherine Morin-Desailly pointait, dans son rapport de 2018, « l’urgence de la formation » pour « prendre en main notre destin numérique ». Pour elle, il faut avant tout « former les formateurs ».

Dès 2014, le journaliste Emmanuel Davidenkoff montrait dans son essai Le Tsunami numérique (Stock) tout le bénéfice que notre système éducatif gagnerait à s’engager dans l’innovation numérique et les nouvelles formes d’apprentissages par l’écran. Il est encore temps de faire entrer des méthodes de design thinking en classe, de permettre aux élèves d’apprendre aussi sur des machines outils et à utiliser des imprimantes 3D dans des fab lab au moment où les métiers manuels sont revalorisés, et pour les écoles de développer des MOOC, des cours en ligne, gratuits et ouverts à tous, pour valoriser la qualité de leurs enseignements et de leurs enseignants.

Pour Guillaume Leboucher, président de la Fondation IA pour l’Ecole, « le mouvement de digitalisation de l’éducation doit aussi se faire au profit d’une meilleure intégration de l’Intelligence Artificielle (IA), qui peut demain en devenir une ressource centrale ». En effet, « la détection des élèves en difficultés, des décrocheurs ou encore des talents de chacun, la mise en place d’un mode d’évaluation plus ciblé sur la progression des élèves et moins stigmatisant, ou encore la construction de parcours individualisés tout au long de la scolarité avec des outils de suivi partagés sont autant de possibilités offertes par l’IA ».

C’est ainsi que le numérique régénère l’éducation. Face à des évolutions majeures, les professeurs et leur ministère font preuve de qualités insoupçonnées comme les familles et leurs enfants confirment leur aptitude à les prendre en main. Si elles ne sont pas subies, les transformations peuvent aussi être un sujet d’enthousiasme communicatif favorisant la transmission des savoirs.”

David Lacombled est président de la Villa numéris.


Source : lopinion.fr, “«Pour une éducation augmentée». La chronique de David Lacombled”, publié le 17/11/20 par David Lacombled. https ://www.lopinion.fr/edition/economie/education-augmentee-chronique-david-lacombled-229319

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués : *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services