École dehors, école des territoiresMichel Fournier, Monsieur plus de la ruralité (La Gazette des communes)

16 novembre 20200
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2020/11/sunrise-2035454_1920-1280x925.jpg

Portrait du "maire Michel", nouveau président de l'AMFR de France.

“Pur autodidacte, le nouveau président de l’Association des maires ruraux de France n’a pas son pareil pour fédérer les énergies. En l’espace de trente ans, il a doublé la population de sa commune des Vosges. Retour sur un itinéraire hors-norme.

Son ami, l’écrivain Alexandre Jardin le surnomme « le maire Michel ». Un sobriquet qui lui va comme un gant, tant le nouveau président de l’Association des maires ruraux de France, désigné ce 14 novembre, possède la tripe populaire. La carcasse imposante et le tutoiement spontané, l’édile moustachu rompt avec les « technotables » qui font l’ordinaire des associations d’élus.

Ce pur autodidacte, élevé dans la rébellion de 1968, ferraille avec les administrations pour promouvoir la France des champs. Sa bête noire : la technocratie. Dans sa commune vosgienne des Voivres, aux confins de la Haute-Saône et de la Haute-Marne, Michel Fournier n’hésite pas à prendre quelques libertés avec la loi. « Je pourrais finir à la Santé comme Balkany, mais pas pour les mêmes raisons », plaisante Michel Fournier, la gouaille intacte à l’aube de ses 70 ans.

« Il n’est pas gouverné par ses peurs. C’est un professeur de vie pour notre époque déboussolée », s’enflamme Alexandre Jardin dans le documentaire qu’il lui a consacré au printemps. Michel Fournier affiche, il est vrai d’étonnants états de service…

Chantier d’insertion

Quand ce fils de paysans a pris les commandes des Voivres, sa localité partait à vau-l’eau. La population plafonnait à 180 âmes. Le nombre d’élèves en primaire culminait à neuf. La fermeture de l’école du village paraissait gravée dans le marbre. Plus de deux décennies plus tard, il n’en est rien. La population a grimpé jusqu’à 360 habitants et l’école accueille quelque 90 enfants des environs.

Michel Fournier, d’entrée, a, au nom de la commune, racheté et réhabilité des corps de ferme à l’abandon dans lesquels il a proposé des locations-ventes à des familles en difficulté. Son chantier d’insertion a offert des emplois aux nouveaux venus.

Connu comme le loup blanc dans son canton, l’ancien professionnel de la vente a su aussi entrainer les populations locales. Témoin, le bal populaire, jadis déserté, qui a rassemblé 600 fêtards de toutes les générations.

Start-up à la campagne

Ce fonceur ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Il a également monté un centre d’éducation à l’environnement. Une société civile immobilière dans laquelle les habitants ont été invités à prendre des parts. Histoire de montrer l’exemple, le premier magistrat avait pris les cinq premières parts… Résultat : il a été poursuivi pour délit d’initié ! Mais, hors-confinement, le centre d’éducation à l’environnement tourne à plein régime. 10 000 enfants y prennent leurs quartiers chaque année.

Michel Fournier a des idées plein la tête. Dernière trouvaille de monsieur le maire ? Une couveuse de start-up spécialisées dans la valorisation du bois. Au programme : la fabrication en hêtre de skate-boards, de lunettes et même de vélos. Un pôle d’excellence rurale qui attire la fine fleur des ingénieurs de la région.

Michel Fournier ambitionne désormais avec ses collègues élus de porter sur les fonts baptismaux un parc naturel régional.

Gaulois réfractaire

« Même les ploucs ont des idées. Le nouveau monde, c’est nous qui l’avons créé », ironise Michel Fournier. Un message qu’il est allé porter jusqu’à l’Elysée. Conquis, Emmanuel Macron s’est rendu aux Voivres en mai 2018. Depuis, Michel Fournier est dans les petits papiers de l’Elysée. A l’instar de son prédécesseur Vanik Berberian qui cultivait sa proximité avec ses voisins et anciens camarades du MoDem, la ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivité Jacqueline Gourault et le ministre chargé des Relations avec le Parlement Marc Fesneau, Michel Fournier a ses entrées à Paris. Le nouveau président de l’AMRF a déjà reçu les félicitations de Jean Castex. Le gaulois réfractaire des Voivres, qui a bataillé toute sa vie contre les fusions de communes à marche forcée, serait-il en passe de rentrer dans le rang ?”


Source : lagazettedescommunes.com, “Michel Fournier, Monsieur plus de la ruralité”, publié par Jean-Baptiste Forray le 16/11/20. https ://www.lagazettedescommunes.com/707201/michel-fournier-monsieur-plus-de-la-ruralite/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués : *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services