L'école en débat“Les enseignants et le mépris”

26 mars 20204
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2020/03/pexels-photo-3422053.jpg

"En titrant le 24 mars « Les profs français, les plus méprisés du monde ? », nous ne croyions pas avoir une confirmation aussi rapide. Elle est arrivée très vite. Avec les propos de Sibeth Ndiaye, lors du compte-rendu du conseil des ministres le 25 mars, parlant des enseignants qui « aujourd’hui ne travaillent pas compte tenu de la fermeture des écoles ». Mais aussi avec des gestes concrets comme le refus de masques pour les enseignants accueillant des enfants de soignants. Parce qu’au sommet de l’Etat, les petites phrases et les stéréotypes sur les enseignants ont des conséquences sur la vie des enseignants…"

« Il va sans dire que nous n’entendons pas demander à un enseignant qui, aujourd’hui, ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser la France entière pour aller récolter des fraises gariguette ». Les propos de Sibeth Ndiaye, porte parole du gouvernement, devant les caméras, lors du compte rendu du Conseil des ministres du 25 mars, ont fait mal.

Contrairement à ce que pense la ministre, les enseignants travaillent beaucoup et particulièrement en ce moment. Toute la « continuité pédagogique » ne repose que sur leur engagement personnel. Le ministère n’ayant pas anticipé la fermeture des écoles, les enseignants doivent maitriser des outils qu’ils ne connaissaient souvent pas il y a une semaine pour garder le contact avec leurs élèves. Outils qui sont rarement officiels. Ils réinventent leurs cours en les adaptant à la situation dans l’urgence et pour tous leurs niveaux. Beaucoup disent travailler plus longtemps qu’avant la fermeture. Enfin beaucoup se plaignent aussi d’avoir davantage leur hiérarchie sur le dos. Et ils assurent cette continuité avec leur matériel et leur forfait Internet personnel.

Des réactions

Alors les propos de Sibeth Ndiaye ont enflammé les réseaux sociaux. « Je suis professeure en collège . Je suis debout dès 6h30 .Je travaille toute la journée ( cours à mettre en ligne dés 8h,  copies numériques  , des dizaines de messages  d’élèves ,de parents ..). Donc  svp ne dites pas aux français que les professeurs ne travaillent pas », écrit par exemple une enseignante sur Twitter.  « Je passe mes journées sur écran, à suivre mes élèves autant que possible. Nous aidons les familles, nous mettons en place des outils sans aide aucune de l’institution, uniquement avec notre bonne volonté. Nous passons des heures à trouver des solutions pour pallier les déficiences du système. Ces propos sont insultants ! », nous écrit une autre enseignante. Les syndicats ont réagi aussi : le Se Unsa, le Snes, le Snalc dénoncent ces propos sur Twitter.

Quelques heures plus tard, Sibeth Ndiaye réagit. « Nous savons tous l’engagement des professeurs pour assurer la continuité pédagogique, donc pas de polémiques inutiles ! », écrit-elle sur Twitter de façon encore bien maladroite. « Mea culpa. Mon exemple n’était vraiment pas le bon. Je suis la première à mesurer combien l’engagement quotidien des professeurs est exceptionnel », finit-elle par dire. Et JM Blanquer vole à son secours écrivant : « Les Professeurs de France font un travail extraordinaire, ne comptant ni leur temps ni leur énergie, pour suivre tous nos élèves en ces circonstances exceptionnelles. »

Le problème c’est que le mal est fait. Les propos de Sibeth Ndiaye ont été très largement  diffusés par les télévisions. De façon beaucoup plus large que son tweet. Ils alimentent le stéréotype du professeur toujours en vacances.

Des mots aux maux

Car ces propos si bêtes ne sont pas des mots en l’air. Ils reflètent un mépris des enseignants qui semble bien installé au sommet de l’Etat. On en trouve la trace dans la façon dont le ministre promène les enseignants et leurs représentants depuis des mois à propos de la revalorisation.

Très concrètement, l’enquête Talis de l’OCDE, publiée le 24 mars, nous dit que les enseignants français estiment être les moins considérés dans la société. Talis montre aussi qu’ils sont les enseignants les moins écoutés du monde par leur institution. Ils sont les moins associés à la gestion de leur établissement. Et les moins consultés sur la politique éducative du pays. Pour l’institution scolaire, leur avis sur la gestion des établissements ou de l’éducation est sans valeur.

La crise sanitaire révèle d’une façon plus visible le mépris pour les enseignants.  C’est lui qui rend possible qu’on leur fasse prendre des risques actuellement dans les écoles encore ouvertes en les laissant accueillir des enfants sans aucune protection. Une situation validée par le ministre lui-même qui affirme que les masques « sont inutiles ». Au final, comme à Pannes, les mots rendent malade.”

François Jarraud


Source : cafepedagogique.net, “Les enseignants et le mépris “, publié le 26/3/20 par  François Jarraud. http ://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2020/03/26032020Article637208075200236576.aspx

4 commentaires

  • JEAN Alain

    27 mars 2020 at 8 h 24 min

    Allons bon ,les pauvres!Voilà qu’ils sont à plaindre ,ils ne sont vraiment pas habitués à “taper dans la butte”
    Mais le problème n’est pas là.Où est l’efficacité de cet enseignement à distance?C’est de l’improvisation du “mammouth” et c’est toujours la gabegie de l’Ineducation Nationale.
    En Bavière ,la chaine de télévision BR Alpha diffuse toute l’année des émissions de langues étrangères, de mathématique,de physique…. etc à destination de l’ensemble des auditeurs.Cette chaine, émanation de la BAYERISCHER RUNDFUNK ,est aujourd’hui mise à la disposition des jeunes Allemands privés d’école:ça c’est intelligent.
    Quand aux professeurs il aurait fallu que les pouvoirs publics aient le courage de leur dire qu’ils feraient comme dans le privé, c’est à dire qu’ils prendraient leurs congés payés pendant la fermeture des classes et qu’ils assureraient ces cours pendant l’été; mais cela c’est une autre histoire ,vous pensez!

    Reply

    • Michèle Lanzflam

      27 mars 2020 at 10 h 50 min

      Mais vous êtes complètement taré mon pauvre ami. De plus, le « mammouth » est une expression que plus personne n’emploie – à moins d’être un idéologue givré, ce que vous semblez être il faut bien le reconnaître et vous faites tout pour… Bref. Le confinement n’excuse pas toutes les bêtises.

      Reply

    • Axelle Girard

      29 mars 2020 at 17 h 47 min

      Bonjour,
      Je vais vous répondre par mail.
      Bien cordialement,
      AG

      Reply

  • Emmanuel DENOYER

    27 mars 2020 at 10 h 07 min

    Non, je ne pense pas JEAN Alain, c’est une des premières pistes que nous avons évoqué avec mon directeur : prendre les vacances de printemps dès maintenant. Le problème est qu’on ne sait pas combien de temps va durer le confinement et que si les vacances d’été sont supprimées, cela impactera d’autres secteurs, dont le tourisme.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués : *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services