L'école dans le mondeLes chamboulements éducatifs multiformes de la COVID-19

14 juillet 20200
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2020/07/allie-TB3rTVlML2A-unsplash-1280x823.jpg

"Un vraie réflexion menée par des pédagogues", voilà ce qu'exige l'école d'après selon l'auteur de cette tribune, qui conseille notamment de repenser le rôle des enseignants.

“La COVID-19 a fait voler en éclats bien des certitudes, dont celle d’un système d’éducation évoluant selon un modèle établi il y a plus de 200 ans. « On a été dérangés à grande échelle […] Un virus, c’est plus grand qu’une réforme », souligne Ann-Louise Davidson, professeure au Département des sciences de l’éducation de l’Université Concordia. Les chamboulements ont été multiformes, estime-t-elle : dans les rôles, dans le rapport au contenu et dans le rapport à l’espace.

« On connaît un format d’éducation et on pense que c’est “le” format. Mais on oublie que c’est un format parmi tant d’autres », rappelle d’entrée de jeu cette experte de la pédagogie.

Et avec la bombe à fragmentation qui a éclaté au printemps, le rappel a été pour le moins brutal.

Devant l’urgence, Ann-Louise Davidson a proposé à ses étudiants à la maîtrise de changer du tout au tout leur travail de fin de session. « Je leur ai demandé de collaborer avec moi pour aider les professeurs [de Concordia] à effectuer la transition vers l’enseignement en ligne. »

 On voit la profession d’enseignant comme une vocation, un dévouement, sans vraiment comprendre ce qu’ils font

Les besoins, criants, étaient directement là sous leurs yeux. « Au Centre for Teaching and Learning [de Concordia], il y avait 4 employés. Et ils devaient aider 2000 enseignants à offrir des cours en ligne ! »

Une initiative qui a donné des résultats tangibles immédiatement, mais aussi à long terme. « Ils ont tous été embauchés par la suite [19 étudiants] à des postes de concepteurs pédagogiques pour faire de la formation juste à temps (just-in-time) [intégrée rapidement] », explique leur professeure, qui s’en réjouit.

Rapport au temps et aux rôles

Selon Ann-Louise Davidson, bien des remises en question qui ont accompagné la COVID ce printemps ont transcendé les niveaux d’éducation — allant du primaire jusqu’à l’université.

« Quand on enseigne, on remplit du temps pour s’assurer que l’élève a bien compris », mentionne-t-elle. « On est pris avec des contraintes, mais ce n’est pas vrai qu’on a toujours besoin de remplir 45 minutes ou 75 minutes de cours [pour intégrer une matière]. » Celle qui a aussi enseigné au primaire et au secondaire en Ontario croit que la pandémie a permis d’ouvrir une brèche pour assouplir le rapport au temps dans le milieu de l’éducation.

« Est-on capables de repenser le temps alloué à l’enseignement en se demandant si l’élève a vraiment besoin d’être pendant sept heures tous les jours à l’école ? », lance-t-elle.

La professeure estime que le rôle dévolu aux enseignants devrait également être recentré. « On voit la profession d’enseignant comme une vocation, un dévouement, sans vraiment comprendre ce qu’ils font. Et ils font beaucoup trop d’administration, alors qu’ils devraient passer plus de temps à réfléchir à leur pédagogie et à passer du temps avec les jeunes. »

Parallèlement, la relation d’apprentissage doit être profondément réinventée, croit Ann-Louise Davidson. « Ceux qui faisaient de l’enseignement directif, de la transmission de connaissances ont vite vu [avec l’enseignement à distance pendant la COVID-19] que les élèves étaient désengagés, peu importe le niveau. »

Un changement de paradigme est nécessaire, lance-t-elle. « Souvent, en éducation, on souffre de narration. Puisque, moi, j’ai compris, je vais narrer devant l’élève ce que j’ai compris. » Il est toutefois nécessaire de renverser cette manière de penser la pédagogie, croit-elle. « Il faut plutôt réfléchir à la façon dont l’élève ou l’étudiant va comprendre [et trouver là où il va bloquer], plutôt que de se demander comment, moi, je vais expliquer. »

Les pistes de réflexion sont donc là, et les chantiers, nombreux. Le système d’éducation est un énorme paquebot difficile à faire bouger, ne cesse-t-on de rappeler. « Mais j’espère qu’on sera capables de développer une intelligence stratégique en éducation qui va aller au-delà des pressions exercées par les syndicats et des lois qui imposent ceci ou cela. Il faut une vraie réflexion menée par des pédagogues. »

Ce contenu est réalisé en collaboration avec l’Université Concordia.”


Source : ledevoir.com, “Les chamboulements éducatifs multiformes de la COVID-19”, publié le 6/7/20 par Magdaline Boutros. https ://www.ledevoir.com/societe/education/581963/recherche-et-innovation-les-chamboulements-multiformes-de-la-covid-19

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués : *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services