EDUCATION NATIONALEFrance Live – Ecoles. Un rapport pointe des “inégalités de traitement importantes” dans les classes de CM1-CM2

3 juin 20220
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2022/01/LOGO-Maths-1280x653.jpg

L'égalité républicaine n'est pas la même dans toutes les classes : durée variable des récréations, irrégularité des évaluations dont les modalités varient sensiblement en fonction des quartiers favorisés ou défavorisés... La liste des différences est longue et préoccupante, d'après un rapport récent de l'Inspection générale.

“Devoirs à la maison, récréations, enseignement de l’EPS et des sciences : selon les écoles, le traitement des élèves de CM1-CM2 diffère. Un récent rapport de l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche dresse un état des lieux marqué par des écarts préjudiciables.

Selon l’école où il étudie, un élève de CM1 ou CM2 ne bénéficie pas des mêmes temps d’enseignement, de récréations ou se voit imposer un volume de devoir à la maison plus ou moins conséquent. Voilà ce qui ressort d’un récent rapport de l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche (Igésr) qui pointe des “inégalités de traitement importantes”.

Pour établir cette conclusion, les inspecteurs ont mené une large étude au sein de 160 classes de 92 écoles réparties au sein de 29 départements. Ils ont relevé des informations relatives à la salle de classe et aux outils pédagogiques présents dans la classe. Ils ont également demandé à l’enseignant de mettre à leur disposition l’ensemble des outils d’un élève.

Récrés plus ou moins longues

Si l’Igésr pointe des “écarts fréquents entre les temps d’enseignement prescrits pour les différentes disciplines enseignées au cours moyen et les durées effectives consacrées à ces disciplines en classe”, notamment pour ce qui est des sciences, de l’EPS ou des arts plastiques, le rapport met aussi en exergue de grosses différences au sujet des récréations.

“Les emplois du temps ont conduit à constater des écarts considérables des durées hebdomadaires des récréations dans les emplois du temps des élèves, allant d’une heure à plus de trois heures, selon les écoles”, est-il écrit. Ceci entraîne selon l’Igésr des “inégalités importantes”.

Recommandation :
Selon l’Igésr, “il serait souhaitable de réécrire de façon plus explicite l’arrêté régissant le temps des récréations en précisant que le temps hebdomadaire ne peut, en cas cas, excéder 2h, conformément à la pratique en cours dans pratiquement les deux tiers des classes”.

Devoir à la maison : une interdiction peu respectée

Autre différence évoquée par l’Igésr : celle du travail à la maison. Même si presque tous les professeurs des écoles donnent du travail oral et écrit à leurs élèves – malgré une interdiction formalisée par une circulaire de 1956 au nom de l’égalité entre les élèves – le volume demandé de travail personnel est pour le moins “variable”.

“Les écarts entre les classes sont importants puisque qu’ils vont de deux classes où les enseignants ne donnent aucun travail à la maison à six classes où les enseignants donnent au moins 20 items de travail dans la semaine”, note l’Igésr. Sur ce point, le rapport précise que les écarts sont davantage le fait “d’un choix personnel des enseignants” plutôt qu’une conséquence du “niveau social des familles des élèves accueillis dans l’école”.

Malgré tout, le travail personnel demandé est moins élevé dans les établissements défavorisés : “Il semble y avoir un niveau plancher de travail à la maison pour les écoles en milieu favorisé, plancher qui n’existe pas pour les écoles en milieu défavorisé, où les enseignants s’autorisent, ou peuvent s’autoriser, à donner moins de 5 items hebdomadaires de travail à la maison, voire aucun.”

Recommandation :
Selon l’Igésr, il faudrait “éditer un document national à l’attention des parents précisant le cadre institutionnel du travail hors la classe” et préciser que celui-ci ne dépasse pas “30 minutes par jour”.

Des évaluations parfois “oubliées”

Le rapport mentionne également que l’évaluation des élèves de cours moyen n’est pas suffisamment cadrée par les enseignants. Ces évaluations sont jugées “rares”, en dehors des des mathématiques et du français. Bien souvent, elles “se limitent souvent à des tests bilans de fin de séquence”.

Pour ce qui est du français, “la situation est assez hétérogène selon les classes”. Les modalités d’évaluation diffèrent. Si le recours à la dictée est fréquent, pour ce qui est de la “production d’écrit”, c’est beaucoup plus occasionnel. Ce type de contrôle a été constaté dans “moins de 10% des classes”.”


Source : francelive.fr, “Ecoles. Un rapport pointe des “inégalités de traitement importantes” dans les classes de CM1-CM2″, publié le 16 mai 2022 par Julien Chaillou. https://www.francelive.fr/article/france-live/ecoles-un-rapport-cible-des-inegalites-de-traitement-importantes-dans-les-classes-de-cm1-cm2-7429752/

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services