L'école à la maisonEcole à la maison : « Les enfants vont perdre deux mois d’école, peut-être plus, est-ce vraiment un drame ? »

16 avril 20200
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2020/04/ice-cream-cone-1274894_1920-1280x853.jpg

Et si on dédramatisait la déscolarisation forcée des enfants ? "A titre personnel, je pense qu’il faut l’accepter : les enfants perdront deux mois d’école, peut-être plus… Mais est-ce vraiment un drame, à l’échelle de toute leur scolarité ? " Entretien avec un chercheur en sciences de l'éducation.

“Le chercheur en sciences de l’éducation Benoît Urgelli invite à considérer cette période particulière « à l’échelle de toute une scolarité ».

Entretien. Benoît Urgelli est chercheur en sciences de l’éducation à l’université Lyon-II et administrateur de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) du Rhône et de la métropole de Lyon. Il revient, après un mois de confinement et d’« école à la maison », sur la « continuité pédagogique ».

Après un mois de confinement, quel bilan peut-on tirer de la « continuité pédagogique » ?

Les familles font de leur mieux, même si elles s’inquiètent beaucoup de la manière dont seront gérées les inégalités, voire les injustices, de l’enseignement à la maison. Certains parents sont en télétravail, d’autres ont des fratries nombreuses ou des enfants en situation de handicap, d’autres encore ont des difficultés à comprendre les attentes des enseignants.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Confinement et « école à la maison » : parents d’élèves au bord de la crise de nerfs

L’autre source d’inquiétude, c’est la perte du lien entre les élèves, en particulier les adolescents, pour qui la socialisation entre pairs est essentielle. De nombreuses familles rapportent que leurs ados se sentent déprimés et ont du mal à se mettre au travail – y compris parce que les attentes des enseignants sont très diverses et pas toujours bien coordonnées. Cela semble mettre en difficulté beaucoup de jeunes.

Qu’est-ce que cet épisode nous apprend sur le fonctionnement de la communauté éducative ?

Le confinement et la demande de continuité pédagogique créent une situation exceptionnelle dans l’histoire de l’école française, où l’école s’immisce à la maison, et la maison à l’école ! C’est à la fois instructif et dangereux. Dangereux parce que les parents qui se mettent corps et âme à faire tout ce que les enseignants demandent perdent parfois patience, et exercent une forme de violence éducative sur leurs enfants. La méconnaissance réciproque de ces deux univers – qui se croisent aujourd’hui par la force des choses – peut être source de difficultés psychologiques pour les enfants.

Néanmoins, la délégation d’une partie de la tâche aux parents, qui est sous-entendue dans l’idée de « continuité pédagogique », peut être intéressante. Traditionnellement, tout ce qui touche à la pédagogie scolaire appartient à l’enseignant, et n’a pas à être discuté. Or en ce moment, les parents s’autorisent de plus en plus à adapter les méthodes proposées, en intégrant les attentes des enseignants.

De l’autre côté, les professionnels sont directement aux prises avec la diversité et la complexité des situations familiales. La « différenciation pédagogique » – le fait d’adapter une méthode d’apprentissage à un enfant – s’impose donc au même moment, aussi bien aux parents qu’aux enseignants. On a de plus en plus d’exemples de collaborations rapprochées entre parents et enseignants, qui se téléphonent pour échanger sur la manière dont l’enfant apprend. On est vraiment au cœur de la « coéducation ». Ce principe, inscrit dans les compétences des enseignants, prend corps avec le confinement. Il faut espérer que nous en tirerons des leçons pour faire évoluer les pratiques, lorsque les écoles rouvriront.

Alors que s’amorce la cinquième semaine de confinement, ne faudrait-il pas commencer à décélérer sur l’école à distance, et acter l’« année particulière » ?

Les parents commencent à se demander, en effet, si l’on ne pourrait pas acter ce fait. Les enfants pourraient repartir sereinement de là où ils en étaient avant la fermeture des classes. Cela permettrait de s’assurer que les connaissances et les compétences ont été, a minima, consolidées pour tous. Pour de nombreux enseignants, en primaire en tout cas, l’avancement dans le programme passera après.

A titre personnel, je pense qu’il faut l’accepter : les enfants perdront deux mois d’école, peut-être plus… Mais est-ce vraiment un drame, à l’échelle de toute leur scolarité ? Nous pouvons faire confiance aux professeurs pour reprendre les choses calmement, en s’adaptant à tout le monde. Mais aussi pour revenir sur ce que les élèves auront appris chez leurs parents, peut-être avec d’autres méthodes.

Les enfants auront été privés pendant un long moment de la possibilité de « vivre en classe », c’est-à-dire d’apprendre en groupe. Il faudra donc un temps de réadaptation. Quelle que soit la date du retour en classe, les enseignants devront recréer du lien entre et avec les élèves, parler de leur vécu, et relancer une dynamique d’apprentissage collectif, fondée sur la coopération plus que sur la compétition.”


Source : lemonde.fr, “Ecole à la maison : « Les enfants vont perdre deux mois d’école, peut-être plus, est-ce vraiment un drame ? »”, publié le 13/4/20 par Violaine Morin. Entretien avec Benoît Urgelli, chercheur en sciences de l’éducation. https ://www.lemonde.fr/societe/article/2020/04/15/ecole-a-la-maison-les-enfants-vont-perdre-deux-mois-d-ecole-peut-etre-plus-est-ce-vraiment-un-drame_6036670_3224.html

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués : *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services