L'école en liberté“Coronavirus. Volontaire, cette Finistérienne garde des enfants de personnel soignant”

27 mars 20200
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2020/03/2366810f-2503-4a35-84e1-d82b73d30ea9.jpg

"Le groupe scolaire du Kreisker, à Saint-Pol-de-Léon (Finistère), accueille des enfants des personnels de santé, scolarisés dans les collèges. Une professeure d’allemand volontaire en a gardé deux. Elle raconte."

“Trois jours après l’annonce du confinement, tous les enseignants de l’ensemble scolaire du Kreisker (1 800 élèves dans deux collèges et un lycée) recevaient un mail du directeur, Maël Saillour. « L’enseignement catholique s’engage à participer à l’effort national. L’organisation du service de garde des enfants des personnels de santé est une priorité », écrivait-il. Les volontaires pouvaient s’inscrire sur le planning envoyé en pièce jointe, pour assurer l’accueil au quotidien et se relayer.

C’est ce que j’ai fait. Depuis la semaine dernière, j’ai traversé à deux reprises le Léon, désert. Sur la route, en longeant la mer, j’ai croisé quelques voitures, où les conducteurs et conductrices portaient parfois un masque. J’ai l’impression d’avoir tout vu au ralenti. Pas une fois, je n’ai croisé de personnes dehors, dans la rue, lorsque je traversais les villages.

Une impression de grandes vacances, l’été en moins

En arrivant au lycée du Kreisker, l’immense parking où il est si difficile de trouver une place en semaine, était vide. Seules les mouettes riaient en planant. J’ai traversé toute la cour, avec cette étrange impression d’être en période de grandes vacances. Pourtant les bourgeons des marronniers sortent à peine.

Le directeur, souriant, est venu m’accueillir au sein du bâtiment administratif. Avec l’attaché de gestion et l’adjointe du collège, ils ne sont plus que trois dans l’établissement. Il m’a présentée Mathis, élève en 5e. Ses parents interviennent à l’Ehpad de Roscoff. « Hier, nous avons reçu trois collégiens, mais aujourd’hui, il n’y a que Mathis. Ça reste léger, c’est très variable, car ces personnes peuvent être appelées à tout moment. On ne peut pas savoir à l’avance. »

En arrivant dans la salle de travail des profs, il y a sur la table plusieurs boîtes de gants aux dimensions variées et du gel hydroalcoolique à disposition. Mathis était ici depuis le matin, devant un ordinateur, à vérifier l’envoi des devoirs ou des corrigés et à répondre aux mails de ses copains. Il venait de pique-niquer dans la salle.

Les profs volontaires se relayent chaque jour, de 8 h 30 à 12 h 30 et de 12 h 30 à 16 h 30. J’ai enfilé des gants, en ayant l’impression d’avoir les mains de Fantômas, et salué de loin la prof de français qui était restée la matinée avec le collégien. « Ce n’est pas ma prof, mais on a quand même pu faire du français ! » lance-t-il, visiblement content.

Très vite, il se retourne et reprend son travail : des maths. Pour ce faire, une calculatrice connectée sur une page internet et un rapporteur bien réel dans les mains.

L’élève peut travailler tranquillement

Avoir lui avoir demandé où il en était, je lui ai proposé de sortir, au grand air, dans la cour. La semaine dernière, je m’occupais de Valentine, élève en 6e dont les deux parents travaillent à l’hôpital de Morlaix. Nous étions allées au foyer des internes, jouer deux heures au baby-foot et au billard anglais. Cette fois-ci, Mathis a opté pour la cour, et a sillonné les allées. Il a peu parlé de la situation. « C’est plutôt sympa de venir ici tous les jours. Au début, je ne voulais pas, mais en fait, je rencontre des profs, je peux travailler tranquille et tout envoyer dans les temps. »

Vers 16 h, sa mère est venue le chercher. Là encore, comme avec celle de Valentine, nous avons échangé de loin. « À Morlaix, c’est étrange. Il y a des chambres vides. Nous nous préparons », avait résumé sobrement l’infirmière. J’ai ensuite salué le directeur, qui enchaînait une nouvelle visio-conférence avec ses équipes.

Sur le chemin du retour, rebelote. Un Léon désert. Mais avec un printemps qui a illuminé la campagne et la côte du pays Pagan.”

 

Source : ouest-france.fr, “Coronavirus. Volontaire, cette Finistérienne garde des enfants de personnel soignant”, publié le 27/3/20. https ://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-pol-de-leon-29250/finistere-volontaire-elle-garde-des-enfants-de-personnel-soignant-6793466 ?connection=true

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués : *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services