DébattreComment sauver l’école ? (L’Express)

22 novembre 20200
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2020/11/ski-lift-4063900_1920-1280x854.jpg

Fidèles à leur idéal d'égalité des chances par les voies de l'école de la République, deux sociologues en reviennent dans un essai à découvrir absolument.

“Pour les deux sociologues François Dubet et Marie Duru-Bellat, la massification scolaire s’est soldée par un échec cuisant.

L’école peut-elle sauver la démocratie ? de François Dubet et Marie Duru-Bellat.

Le Seuil, 222 pages, 17 €.

Note 5/5

François Dubet et Marie Duru-Bellat sont deux sociologues connus pour la qualité des travaux qu’ils ont menés sur les inégalités, en particulier sur les inégalités scolaires. Leur dernier ouvrage, intitulé L’Ecole peut-elle sauver la démocratie ?, est une réflexion pointue, mais plutôt désabusée, sur le bilan des politiques scolaires conduites depuis 1945. Celles-ci répondaient à la volonté d’améliorer le système devenu aujourd’hui mythique de l’école républicaine, promu par Jules Ferry. Ce système, qui avait tiré la France de l’analphabétisme et assuré à l’ensemble de la population un accès non négligeable à la culture générale, restait dans son principe fondamentalement inégalitaire. La majorité des adolescents quittait l’école avec juste le certificat d’études ; le baccalauréat et les études universitaires étant réservés à une minorité.

L’illusion de la massification scolaire

Les réformes qui se sont succédé après 1945 ont débouché sur la mise en place du collège unique, l’attribution du baccalauréat à près de 80 % d’une classe d’âge et l’explosion du nombre d’étudiants. Or, cette “démocratisation” de l’enseignement aura été, en réalité, une “massification”, c’est-à-dire une évolution du nombre de diplômés plus quantitative que qualitative. Pour les auteurs, trois objectifs étaient recherchés : le premier, celui d’une plus grande égalité et d’un renforcement de la mobilité sociale ; le deuxième – du fait de l’élévation du niveau de formation -, un accroissement de l’efficacité de la main-d’oeuvre et, en fin de compte, davantage de croissance économique ; le troisième, une élévation du niveau culturel global de la population garantissant un approfondissement du débat démocratique.

Le livre fait le constat, plutôt amer, qu’aucun de ces objectifs n’a été effectivement atteint. La multiplication des parcours universitaires offerts a maintenu insidieusement les inégalités et fait surgir un sentiment de frustration grandissant dans la jeunesse de plus en plus convaincue que l’école n’est plus un vecteur de promotion sociale. Et les solutions envisagées pour corriger cet état de fait, qui reposent pour l’essentiel sur une réduction des connaissances à acquérir, ne font qu’aggraver ce sentiment. Concernant l’impact économique de la généralisation des diplômes, l’inadéquation entre leur contenu, souvent trop théorique, et les besoins est désormais patent. Quant au débat démocratique, nul ne peut prétendre qu’il se porte mieux qu’il y a cinquante ans. Inscrivant leur démarche dans une défense raisonnée de la démocratisation de l’enseignement, les auteurs appellent à la repenser, sur la base, notamment, d’une plus grande exigence vis-à-vis des élèves. Puissent nos ministres les lire…”


Source : lexpress.fr, “Comment sauver l’école ?”, publié le 21/11/20. https ://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/comment-sauver-l-ecole_2138907.html

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués : *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services