L'école dans le monde“Assurer la continuité pédagogique quand 1,5 milliard d’élèves sont privés d’école”

27 mars 20200
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2020/03/86b772ea-4f6a-45df-ae88-b37d8fd0587c.jpg

"Etablissement scolaires et universités fermés à cause de la crise du coronavirus : 1,5 milliard d'apprenants (soit 87% de la population scolaire et étudiante mondiale) de 165 pays est privé d'enseignement, selon l'Unesco, qui lance une coalition mondiale pour aider les jeunes déscolarisés."

“”Jamais auparavant nous n’avions été témoins d’une perturbation de l’éducation à cette échelle” : la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, alerte sur les conséquences de la privation d’enseignements dans au sein d’établissements scolaires en raison de la pandémie de coronavirus.

Cela pourrait engendrer davantage d’inégalités entre les pays. Afin d’éviter une accentuation des inégalités et pour assurer une continuité pédagogique, l’Unesco a lancé une coalition mondiale pour “aider les États à développer les meilleures solutions d’enseignement à distance et à atteindre les enfants et les jeunes les plus à risque”.

“Rechercher des solutions équitables et un accès universel”

De nombreux acteurs multilatéraux comme l’Unicef, l’OMS ou la Banque mondiale font partie de cette coalition. À leurs côtés des entreprises privées (Microsoft, Google, Facebook, Weidong, KPMG…) pourront “apporter leur savoir-faire en matière de technologie” et des organisations philanthropiques “s’engagent à mobiliser leurs ressources”.

L’initiative veut permettre de “rechercher des solutions équitables et un accès universel”, à l’éducation en cette période exceptionnelle, les inégalités d’accès à Internet et donc à des cours en ligne étant immenses, y compris parfois au sein même des pays développés.

Décrochage scolaire

Manque de suivi, d’aide, non accès à Internet, solitude : l’enseignement à distance est difficile pour les élèves et étudiants. “On a des cours de TD en ligne sur Facebook mais en fonction de la connexion internet, ça saute régulièrement”, explique, entres autres, Mathilde, étudiante en troisième année de droit à la Sorbonne.

Les enseignants, de la maternelle au lycée, s’inquiètent notamment pour les élèves en difficulté scolaire. “Au total, je suis 120 élèves sur cinq classes, et à ce stade, il y a environ 40 d’entre eux pour lesquels j’ai zéro nouvelle”, regrette Coline, professeure d’histoire-géographie en Seine-Saint-Denis.

En France, des cours en ligne.

"Assurer la continuité pédagogique quand 1,5 milliard d'élèves sont privés d'école"
Photo Guillaume SOUVANT/AFP

Selon cette enseignante dans un collège en REP+, “cela ne signifie pas forcément qu’ils ont complètement décroché car ils n’ont peut-être juste pas de matériel informatique”, ajoute-elle, donnant en exemple des devoirs qu’elle a reçu “via le téléphone d’un cousin de l’élève”.

Absentéisme

En lycée professionnel, qui rassemble très souvent des élèves aux difficultés scolaires et sociales, “les élèves restent pour beaucoup aux abonnés absents”, raconte Vincent Magne, professeur de lycée professionnel en lettres et histoire dans l’Aube. “Sur 28 élèves, nous n’arrivons pas à joindre du tout une dizaine d’entre eux, qui d’ordinaire en classe ont déjà énormément de mal à se concentrer”, témoigne-t-il.

Au Royaume-Uni, l’école sur tablette numérique.

"Assurer la continuité pédagogique quand 1,5 milliard d'élèves sont privés d'école"
Photo Oli SCARFF/AFP

Pourtant, pour assurer la continuité pédagogique après la décision de fermer l’ensemble des écoles, l’Education nationale a annoncé mettre à disposition les ressources du Centre national d’enseignement à distance (Cned) : des exercices en ligne adaptés aux programmes et une “classe virtuelle” où le professeur peut faire cours à ses élèves par visioconférence. Mais il semblerait que cette solution présente rapidement ses limites.

Il y a beaucoup d’élèves qui n’ont pas d’ordinateur

Et les inégalités d’accès à l’enseignement à distance existent au sein d’un même pays. En métropole, l’enseignement à distance par internet est privilégié par le ministère de l’Éducation nationale pour assurer la continuité pédagogique. Mais, par exemple, à Mayotte, entièrement classée en zone d’éducation prioritaire, peu de familles disposent d’un ordinateur et d’un accès à internet à la maison.

Autre problème sur le continent sud-américain : la Guyane, classée en Rep+ (réseau éducation prioritaire renforcé), compte de son côté plus de 80 000 élèves. Mais le français n’est pas la langue maternelle pour plus d’un élève sur deux. Pour “80 % de mes élèves c’est la misère sociale, nombreux n’ont pas l’eau courante chez eux, alors pour moi l’important c’est surtout qu’ils apprennent le lavage des mains. Je ne vais pas leur mettre la pression pour qu’ils finissent le programme”, explique une professeure d’un lycée de Cayenne, sous couvert d’anonymat.

Avec la fermeture des écoles, l’enseignante palestinienne Jihad Abu Sharar, fait sa classe en ligne, depuis sa maison dans un village près de Hébron, dans les Territoires palestiniens.

"Assurer la continuité pédagogique quand 1,5 milliard d'élèves sont privés d'école"
Photo Hazem BADER/AFP

La continuité pédagogique “n’est pas faisable”, estime aussi un professeur d’histoire-géographie au collège de Maripasoula (ouest), qui accueille 700 élèves. “Il y a beaucoup d’élèves qui n’ont pas d’ordinateur. Dans chaque classe, il y aura peut-être trois à quatre élèves qui pourront faire le travail.”

Faute de moyens de télécommunications adéquats

Mêmes problèmes d’inégalités au sein du monde arabe. Cours à la télévision pour les enfants libyens ou sur tablettes dans les riches émirats du Golfe : chaque pays tente de trouver des alternatives pour des millions d’élèves privés d’écoles.

Au Koweit : crayon en main et cahier sur la table, des écoliers suivent leurs cours sur ordinateur à la maison.

"Assurer la continuité pédagogique quand 1,5 milliard d'élèves sont privés d'école"
Photo Yasser AL-ZAYYAT/AFP

En Libye.

"Assurer la continuité pédagogique quand 1,5 milliard d'élèves sont privés d'école"
Photo Mahmud TURKIA/AFP

Du Maroc au Qatar en passant par la Jordanie, enseignants, parents et élèves sont parfois livrés à eux-mêmes pour rattraper les cours et ne pas connaître une année scolaire blanche, avec des accès souvent très inégaux à internet. Dans les pays secoués par les conflits et l’instabilité, comme la Libye ou l’Irak, la tâche est encore plus ardue, faute de moyens de télécommunications adéquats, avec le risque de voir davantage d’enfants privés d’enseignement. Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, un enfant sur cinq n’est déjà pas scolarisé.

Cinq autour de la table à manger, un sixième sur le lit, un autre devant l’ordinateur : c’est l’école en famille depuis la fermeture des établissements scolaires au Soudan.

"Assurer la continuité pédagogique quand 1,5 milliard d'élèves sont privés d'école"
Photo Ashraf SHAZLY/AFP

“Nous travaillons ensemble pour trouver un moyen de faire en sorte que les enfants du monde entier puissent poursuivre leur instruction, en accordant une attention particulière aux communautés les plus vulnérables et défavorisées”, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS.”


Source : vosgesmatin.fr, “Assurer la continuité pédagogique quand 1,5 milliard d’élèves sont privés d’école”, publié le 27/3/20. https ://www.vosgesmatin.fr/france-monde/2020/03/27/assurer-la-continuite-pedagogique-quand-1-5-milliard-d-eleves-sont-prives-d-ecole

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués : *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services