Éditos et analysesAprès… l’école d’après ?

26 septembre 20200
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2020/09/dessin-thoca-25-09-2020.png

Les adjectifs ne manquent pas. Épithète, apposé ou simple attribut, on se paie de mots pour qualifier l’école d’après une crise qui n’en finit pas. Que restera-t-il finalement de l’école demain ?

L’institution éducative fait face à des maux désormais bien identifiés. L’éternelle baisse du niveau des élèves d’abord, soigneusement cachée par les taux mirifiques de réussite aux examens nationaux, et la perpétuation des inégalités que personne n’arrive à corriger efficacement ensuite. Un mot doit être dit de la dynamique qui entretient ces deux tendances : l’écartèlement culturel grandissant entre les élèves des meilleures et des moins bonnes écoles. C’est sur ce terreau-là que prospèrent tous les communautarismes, sous l’effet d’une double logique de repli d’une part, et d’abandon pur et simple de l’Etat et des familles de leurs obligations respectives d’autre part.

Trop longtemps, les acteurs éducatifs se sont voilé la face. Chacun sait pourtant que, sans communauté de connaissance, aucune coexistence harmonieuse ni aucun progrès ne sont possibles. A la baisse du niveau des élèves, comme à l’aggravation des inégalités, la gauche n’a jamais eu qu’une seule et même explication : le manque de moyens consacrés à l’école publique ! Doublé du reproche de concéder quelques moyens à  l’école privée sous contrat, moyens qui seraient injustement volés à l’Education nationale. Comme si l’école de la République n’était que l’école publique ! Mais aujourd’hui le vrai problème est ailleurs, comme le révèle l’expérience  terrifiante du « séparatisme » dès l’école.

Notre laxisme collectif face aux violences commises dans notre école publique et le refus affiché de certains élèves de vivre conformément à nos conquêtes démocratiques constituent la matrice du marasme dans lequel se trouve notre école.

Nous ne pourrons pas faire l’économie d’un grand débat sur le numérique éducatif, ni sur les suites concrètes à donner aux élans de la jeunesse en faveur d’une écologie plus exigeante… Pas plus que nous ne pourrons faire l’impasse, demain, sur la définition des moyens de raccorder la recherche à l’application concrète des innovations pédagogiques les plus efficaces. Mais occulter la question de l’enseignement de notre histoire, de la définition de notre identité française, en un mot, faire silence et protéger ceux qui veulent faire sécession nous prépare résolument aux lendemains qui déchantent.

Axelle Girard

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués : *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services