L'école en débatÀ l’Éducation nationale dont les concours occultent la dimension humaine des futurs enseignants.

21 juillet 20200
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2020/07/lacie-slezak-yHG6llFLjS0-unsplash-1280x850.jpg

Une candidate recalée au concours de Professeur des écoles donne sa vision du système, qui ne fait que peu de cas de la motivation et des compétences des candidats...

“Quel dommage de laisser des gens motivés, compétents en échec scolaire à bac +5.

Chère Éducation nationale, je t’écris ce jour parce que nous venons d’avoir les résultats du Concours de Recrutement de Professeur des Écoles (CRPE).

En cette année particulière teintée de Covid-19, on a quitté l’Inspe précipitamment sans savoir que l’on n’y retournerait pas. J’étais en master 2e année des métiers de l’enseignement, de l’éducation, de la formation sur Aix-en-Provence.

Nous avons été dans l’attente de la date de concours pendant un long moment. Avoir trois mois de plus pour réviser. Puis la date est tombée. Les lieux de concours ont changé. Futur cluster Covid CRPE tous agglutinés devant le portail de la face de droit pendant deux heures avec plus de trente degrés dehors, 4000 inscrits, 1800 présents pour 385 postes. Autant te dire que beaucoup ont été déçus. Comme l’an passé. Je fais partie du lot. Et aujourd’hui notre chère académie a eu la délicatesse d’envoyer les relevés de notes 10 minutes avant l’heure à ceux qui n’étaient pas reçus.

Ce n’est pas faute d’avoir travaillé. Divorcée, j’ai 42 ans, 3 enfants, 15 d’activité libérale, je connais la notion de travail. Devenir enseignant : présentez le CRPE : français et maths niveau troisième requis et un bac+3. Je décide de reprendre des études pour pouvoir continuer à avoir un rythme de vie calé sur celui de mes enfants.

Se faire recaler au centième près

Et à bac + 5, master en poche, on se fait recaler avec des notes au centième près cette année. Je ne suis pas là pour te parler de moi, mais de tous ces gens que j’ai rencontrés. Des profs assez extraordinaires portés par une vocation, un amour de leur métier qui côtoient les failles de ton système. Être étudiant à l’Inspe (Institut national supérieur du professorat et de l’éducation) c’est faites ce qu’on vous dit (de faire en tant que futur prof), mais ne faites pas ce que l’on vous fait (en tant qu’élève). Avec des profs souvent désolés de ne pas avoir assez d’heures pour nous enseigner les choses comme il le faudrait.

J’ai rencontré d’autres élèves, étudiants, qui feraient de très bons profs parce que les qualités humaines sont là, parce qu’on a connu l’échec devant tant d’exigences et que l’on peut comprendre des élèves en difficulté, parce qu’on a cette faculté de faire de la métacognition et de se positionner comme prof et comme élève en analysant pourquoi on a échoué. Et parce qu’on a eu des profs compétents qui nous ont enseigné ce métier.

Et aujourd’hui, alors que les résultats étaient annoncés entre le 11 et le 15 juillet, tu as fait pleurer bon nombre d’entre nous. Les bêtes de concours sont passées, de futurs bons profs sont passés. Mais quel dommage de laisser des gens motivés, compétents en échec scolaire à bac +5 ! Ils ont en eux cette envie et cette faculté d’élever des enfants ; c’est ça être élève, c’est s’élever…

Le niveau était plus difficile cette année, mais est-ce que nous faire étudier en didactique sur des travaux d’élèves en français sur des photocopies presque illisibles fait parti de la sélection de l’élite du professorat du premier degré ? Ça laisse perplexe… Il y a des publicités partout pour inciter à devenir enseignant, on manque de profs et être prof est un métier finalement pas si évident post Covid quand on a dû gérer en tant que parent l’école à la maison. Peut-on imaginer ce que ça donne avec 27 élèves de niveau hétérogène, des dyslexiques, des allophones ? Bref… ceux qui l’ont eu l’an passé, en master un, viennent de recevoir leur titularisation. Un numéro dans l’algorithme de ton système. Avoir le concours c’est difficile. Après le concours c’est difficile. Le salaire est d’environ 1500 euros. Pour tout ça…

Enseigner quoiqu’il arrive

Écoute, très sincèrement je suis heureuse d’avoir mon master, je serais prof à la rentrée. Contractuelle, en école privée, en école alternative, en institut de formation, peu importe. J’ai l’envie d’enseigner, de transmettre à des personnes, enfants ou adultes.

On a tous acquis des compétences et il y avait une belle cuvée 2020. Tu ne peux pas prendre tout le monde bien sûr, mais ton système est ainsi fait que sous couvert d’élitisme, élitisme qui ne se trouve que dans ton mode de recrutement, parce que ni le salaire ni la reconnaissance professionnelle ne peuvent être qualifiés d’élitistes, tu passes à côté de bons professeurs ou tu perds de bons professeurs au bout de quelques semaines ou quelques mois, désabusés par ton système archaïque.

On est en 2020, je ne listerais pas tous tes défauts ou inconvénients ; il y en a dans tous les métiers, mais ce métier prend en compte l’humain. Un humain face à des petits humains. Il en faut des qualités humaines justement pour cela et pas seulement connaître des annales sur le bout des doigts.

Le jour où cette dimension humaine sera prise en compte dans ton recrutement et dans le suivi de carrière de tes professeurs, l’École aura une autre dimension dans le regard des gens. Je suis toujours surprise des enfants, y compris les miens, qui sont blasés et ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont de pouvoir apprendre dans une école laïque et gratuite. J’ai été surprise de discours de PE (Professeurs des Écoles) et PEMF (Professeurs des Écoles Maître Formateur) pendant deux ans, blasés eux aussi, qui font comme ils peuvent faute de moyens et d’aide de ta part.

Le vrai cœur du métier

Professeur des Écoles : couteau suisse de l’Éducation nationale qui doit enseigner de 2,5 ans à 10 ans, toutes les disciplines en fonction de la zone proximale de développement de l’enfant (propre à chaque élève, même s’il y a des tranches d’âge)

Les gens pensent que les profs ne sont jamais contents… Les profs aimeraient tellement faire plus et mieux pour leurs élèves.

“Placer cette année 2019-2020 sous le signe de la réussite, c’est lier étroitement la réussite des élèves, le bonheur professionnel des personnels et la réussite de notre pays. En effet, plus que jamais, pour se projeter avec confiance vers l’avenir, notre Nation a besoin d’une École de la République qui réussisse” : circulaire de rentrée 2019-2020 de Mr Blanquer. C’est quoi réussir en 2020, Mr Blanquer ? Avant le CRPE, c’est un classement. Après le CRPE c’est faire comme tu peux…

Heureusement que les profs ont cette envie profonde et cette motivation d’enseigner. Il est sûrement là le cœur du métier et, chère Éducation nationale, si tu étais pleinement avec eux, les candidats et les profs tout au long de leur carrière, la réussite serait probablement au rendez-vous parce que la clé c’est la motivation. Si un élève, avec les meilleurs professeurs du monde, n’a pas envie ou n’est pas motivé par le désir d’apprendre, cela ne fonctionnera pas.

Tu as un vivier de personnes motivées et compétentes et leur motivation est cassée par un classement, une affectation, une non-reconnaissance de leur travail de ta part.

C’est dommage…”


Source : huffingtonpost.fr, “À l’Éducation nationale dont les concours occultent la dimension humaine des futurs enseignants”, publié le 21/7/20, par Claire C. https ://www.huffingtonpost.fr/entry/a-leducation-nationale-dont-les-concours-occultent-la-dimension-humaine-des-futurs-enseignants-blog_fr_5f159087c5b619afc4043e0c

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués : *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services