ECOLE DANS LE MONDEDu système éducatif japonais : notre feuilleton de l’été ! Bien manger à l’école.

10 juillet 20220
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2022/07/boy-g6d1c98e74_1920-1280x853.jpg

On parle souvent mal, ou en mal du "système éducatif japonais". Bourrage de crâne, taux de suicide affolant... Loin des caricatures pourtant, nombreux sont les éléments positifs qui, inhérents à l'éducation japonaise, pourraient inspirer notre propre modèle. Educ'France publiera cet été une série de témoignages, tirés de l'expérience d'une jeune femme, franco-japonaise, qui a la chance de pouvoir comparer les pratiques des deux pays en la matière.

“Instruction ou éducation ? 

 « Ce n’est pas à l’école de faire l’éducation des enfants » : si, en France, la question semble tranchée pour la plus grande partie de l’opinion publique, le Japon apporte une réponse différente. Souvent perçu comme uniformisant les manières de penser et de se comporter, le Japon reste néanmoins un exemple en termes de transmission du respect et de la rigueur, grâce aux valeurs inculquées à l’école dès le plus jeune âge. Voyons d’abord en quoi, au Japon, l’école apprend aux enfants… à manger.

Responsabiliser les élèves par lalimentation, dès l’école

 A l’école primaire et au collège

S’il est bien une particularité du système éducatif japonais que l’Occident mentionne peu ou pas du tout, ce sont les “déjeuners scolaires” en classe, équivalent si l’on veut de  la cantine en France. Ils coûtent “environ 40 euros/mois à l’école publique”, se souvient Emi (qui témoigne ici sous un nom d’emprunt). Le repas proposé est de surcroît équilibré sur le plan nutritionnel. Pris dans une salle de classe, qui se transforme en salle à manger le temps du déjeuner, il est partagé dans la convivialité que crée ce moment de détente entre camarades et professeurs.  On peut parler d’”éducation alimentaire”. “À l’école primaire et au collège, je me souviens quon recevait chaque mois une fiche annonçant les menus, la famille étant naturellement informée de chaque repas. Grâce à des déjeuners scolaires peu coûteux et nourrissants, surtout pour les familles dont les parents sont occupés, ou les familles monoparentales, qui ne peuvent pas assurer aux enfants un petit déjeuner ou un dîner sains, les repas scolaires constituent une aide concrète à l’éducation des enfants”, assure Emi. Sous la supervision du professeur, un groupe d’élèves est régulièrement missionné pour aller d’abord chercher le repas en cuisine, avant de le servir à toute la classe, puis de débarrasser et de ranger in fine. De ce fait, les jeunes japonais développent naturellement un certain sens de l’organisation, de l’hygiène et de la propreté.

 Au lycée

Au lycée, les élèves apportent généralement un « bento » de la maison, petit récipient dans lequel on retrouve pour aliment principal l’incontournable riz… Les bentos sont d’ailleurs devenus à la mode en France, avec l’apparition récente de bento-boxes dans les distributeurs d’universités (!)

Apporter son propre repas permet aux élèves de manger à leur faim, sans risquer de gaspiller. Par ailleurs, on observe que la nourriture est à la fois saine et abordable : de quoi tenir à distance le risque d’obésité qui, là-bas, est minoritaire ! Beaucoup d’établissements possèdent tout de même un stand où sont vendus des petits pains au curry, ou des sandwichs, pour ceux qui ne sont pas en mesure d’apporter leur propre repas. “Dans mon lycée en France, il y avait une cafétéria où je mangeais chaque midi des frites avec un sandwich et un beignet. Je nimagine même pas les dégâts que cela a pu faire sur ma santé ! Je navais pas le droit dapporter ma propre nourriture, or, cela maurait permis d’éviter de payer 4€ tous les midis pour, finalement, manger déséquilibré”, témoigne Marie – elle aussi sous couvert d’anonymat.

En France, l’instauration assez récente d’un petit-déjeuner scolaire montre que les autorités sont conscientes des manques de l’école en la matière. Au Japon, les repas à l’école sont un fait culturel, qui contribue – depuis longtemps – à une bonne éducation physique et morale.”

Minako De Jesus Monteiro

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services