L'Ă©cole dans le monde🌍 L’Ă©cole au Japon

10 août 20200
https://educfrance.org/wp-content/uploads/2020/08/priscilla-du-preez-YshiKS99FjM-unsplash-1280x850.jpg

Une présentation exhaustive du systÚme éducatif japonais.

SystĂšme Ă©ducatif au Japon – DĂ©finition et Explications (techno-science.net)

L’histoire

“Le systĂšme Ă©ducatif au Japon est caractĂ©risĂ© par une sĂ©lection importante des Ă©lĂšves avec des concours et la cohabitation de systĂšmes publics et privĂ©s. Il est gĂ©rĂ© par le MinistĂšre japonais de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie, tout en ayant une organisation trĂšs dĂ©centralisĂ©e puisque les collectivitĂ©s locales assurent la gestion matĂ©rielle, humaine (effectifs, inscriptions, services aux Ă©lĂšves et aux professeurs) et pĂ©dagogique (inspection, application des programmes) des Ă©tablissements, les prĂ©fectures s’occupant plus particuliĂšrement des lycĂ©es publics, des Ă©coles spĂ©cialisĂ©es et des Ă©tablissements privĂ©s, et les communes de l’enseignement primaire (maternelles et Ă©lĂ©mentaires) et secondaire de premier cycle (les collĂšges) public.

Le systĂšme Ă©ducatif au Japon contemporain fut crĂ©Ă© ex nihilo dĂšs le dĂ©but de l’Ăšre Meiji en s’inspirant du modĂšle anglo-saxon. DĂšs cette Ă©poque, il est dĂ©connectĂ© des instances aristocratiques et religieuses pour ĂȘtre considĂ©rĂ© comme un instrument au service de l’État ; le nouveau rĂ©gime a en effet besoin Ă  la fois de main-d’Ɠuvre qualifiĂ©e, d’un vaste corps de techniciens et d’une Ă©lite dirigeante issue des universitĂ©s impĂ©riales. « En moins de deux gĂ©nĂ©rations, l’ancienne stratification sociale fondĂ©e sur l’hĂ©rĂ©ditĂ© des statuts individuels, fit place Ă  une stratification largement commandĂ©e par le niveau d’Ă©ducation. Mais entre Ă©ducation et endoctrinement, la frontiĂšre est souvent tĂ©nue, nous pouvons le constater Ă©galement pour ce qui est de l’histoire du systĂšme Ă©ducatif français (patriotisme, rĂ©visionnisme). Au lieu d’apprendre Ă  penser, l’Ă©cole indiquait aux jeunes ce qu’il fallait penser. Elle formait des sujets dociles acquis Ă  l’orthodoxie officielle. L’effort machinal de mĂ©morisation nĂ©cessaire pour maĂźtriser le systĂšme d’Ă©criture, contribuait en outre Ă  dĂ©velopper la passivitĂ© d’esprit. Le Japon a le triste privilĂšge d’avoir Ă©tĂ© le premier pays au monde Ă  utiliser les techniques totalitaires de conditionnement mental et Ă  transformer l’Ă©cole en instrument du Pouvoir. »

— Edwin O. Reischauer, Histoire du Japon et des Japonais, tome 1, Editions du Seuil, Collection Points Histoire, 1973, 251 p.

De 2003 Ă  2007, selon l’OCDE, le Japon a Ă©tĂ© chaque annĂ©e l’un des deux pays parmi ses membres qui ont le moins investi dans l’Ă©ducation par rapport Ă  son PIB.

Études supĂ©rieures

Il y a deux types d’Ă©coles d’enseignement supĂ©rieur : les Ă©coles spĂ©cialisĂ©es (ć°‚é–€ć­Šæ Ą, senmongakkƍ ?) et les universitĂ©s (性歊, daigaku ?). Tandis que les Ă©coles spĂ©cialisĂ©es fournissent une formation efficace en deux ans, les universitĂ©s ont une vocation plus gĂ©nĂ©raliste, et le premier diplĂŽme ne s’obtient qu’au bout de quatre ans. La grande majoritĂ© des Ă©tudiants choisissent l’universitĂ©. Pour presque tous les Ă©tudiants, il est nĂ©cessaire de passer un an, voire deux, en classe prĂ©paratoire privĂ©e avant de rĂ©ussir le concours d’entrĂ©e en universitĂ©. Cependant, ce n’est pas obligatoire, et certains Ă©tudiants parviennent Ă  entrer en universitĂ© dĂšs la sortie du lycĂ©e.

Il est souvent dit des universitĂ©s japonaises qu’il est difficile d’y entrer, mais facile d’en sortir diplĂŽmĂ©. AprĂšs avoir rĂ©ussi le concours, le rythme est nettement moins soutenu qu’au lycĂ©e ou qu’en classe prĂ©paratoire. La recherche d’emploi en fin d’Ă©tudes se fait traditionnellement de façon groupĂ©e.

Il existe trois niveaux Ă  l’universitĂ© :

  • la licence (歊棫, gakushi ?, en anglais : bachelor, en quatre ans) ;
  • le master (俟棫, shĆ«shi ?, anciennement maĂźtrise, en anglais : master, en deux ans) ;
  • le doctorat (ćšćŁ«, hakase/hakushi ?, en anglais : doctor’s degree/PhD, en trois ans).

Il existe trois types d’universitĂ©s : les universitĂ©s nationales (ć›œç«‹, kokuritsu ?), les universitĂ©s privĂ©es (私立, shiritsu ?) et les universitĂ©s publiques (ć…Źç«‹, kƍritsu ?).

Les universités nationales

Ce sont gĂ©nĂ©ralement les universitĂ©s les plus prestigieuses. À un haut niveau, l’accent y est mis sur les connaissances fondamentales. Les plus cĂ©lĂšbres sont :

  • l’UniversitĂ© de Tƍkyƍ (東äșŹć€§ć­Š, Tƍkyƍ Daigaku ?) ou sa contraction Tƍdai (æ±ć€§ ?) ;
  • l’UniversitĂ© de Kyƍto (äșŹéƒœć€§ć­Š, Kyƍto Daigaku ?) ou sa contraction Kyƍdai (äșŹć€§ ?).
🌍 L'Ă©cole au Japon

UniversitĂ© Keiƍ

Les universités privées

Ce sont les plus nombreuses, et il en existe de tous les niveaux. Cependant, les plus prestigieuses rivalisent avec les plus grandes universitĂ©s nationales. La majoritĂ© des politiciens japonais sont issus des plus grandes universitĂ©s privĂ©es[rĂ©f. souhaitĂ©e], au rangdesquelles :

  • l’UniversitĂ© Keiƍ (æ…¶æ‡‰çŸ©ćĄŸć€§ć­Š, Keiƍ Gijuku Daigaku ?) dans le sud de Tƍkyƍ. Jun’ichirƍ Koizumi est diplĂŽmĂ© de cette universitĂ© ;
  • l’UniversitĂ© Waseda (早çšČ田性歊, Waseda Daigaku ?), au centre de Tƍkyƍ. L’ancien Premier ministre, Yasuo Fukuda, ou encore Yoshirƍ Mori sont diplĂŽmĂ©s de Waseda.

Les universités publiques

Bien que les universitĂ©s nationales soient publiques, lorsqu’on parle d’universitĂ©s publiques elles sont gĂ©nĂ©ralement exclues. Elles ont une rĂ©putation supĂ©rieure Ă  la moyenne des universitĂ©s privĂ©es. Il s’agit d’universitĂ©s gĂ©rĂ©es par une instance locale. Deux d’entre elles sont :

  • l’universitĂ© mĂ©tropolitaine de Tƍkyƍ (東äșŹéƒœç«‹ć€§ć­Š, Tƍkyƍ Toritsu Daigaku ?) ou simplement Toritsu, cĂ©lĂšbre en particulier pour sa facultĂ© d’architecture ;
  • l’universitĂ© de la ville de Yokohama (æšȘæ”œćž‚ç«‹ć€§ć­Š, Yokohama Shiritsu Daigaku ?), rĂ©fĂ©rence nationale en matiĂšre de mĂ©decine.”

Source : techno-science.net, “SystĂšme Ă©ducatif au Japon – DĂ©finition et Explications”, https ://www.techno-science.net/glossaire-definition/Systeme-educatif-au-Japon.html

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués : *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
ParamÚtres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. ContrÎlez vos cookies ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas ĂȘtre dĂ©sactivĂ©s.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services